En quoi cette action fonctionne ?

Actuellement, il y a une tendance naturelle à la prise de risques, notamment chez les adolescents, combinée à une très forte banalisation des consommations d’alcool, de cannabis, d’ecstasy…

Cependant, les jeunes sont très réceptifs à la prévention si l’action n’est pas caricaturale et n’aborde pas uniquement la notion de danger, qui leur semble négative et stigmatisante, mais si elle développe également une représentation positive des comportements à adopter.

Il s’agit donc pour ces actions éducatives et préventives de modérer les processus, qui sont au cœur des prises de risques, des consommations excessives de produits psycho-actifs et de transgressions des règles. Les méthodes les plus efficaces sont celles qui favorisent la participation active des élèves, l’interactivité avec l’adulte, la prévention par les pairs.

Ainsi, la pièce « Cocktails à gogo » présente des personnages en difficultés, tous concernés par les conduites à risques. Leurs causes et conséquences : conflits avec les parents, essai de nouveaux produits, conduite de deux-roues sans casque et sous l’influence de drogues illicites et d’alcool, influence du groupe, recherche d’adrénaline, mal-être, échec et décrochage scolaire, violence, problèmes judiciaires, conduite sans permis, etc.

Le débat interactif permet une représentation positive. Lorsque les jeunes montent sur scène, ils sont en situation réaliste pour changer les choses et lutter contre les influences négatives. Ils proposent des solutions basées sur les compétences de vie (empêcher une personne de prendre la route lorsqu’elle est sous influence, aider un camarade qui se met en danger, refuser de se laisser influencer sans pour autant s’exclure du groupe, recréer de la communication dans la famille, éviter l’échec scolaire, etc.) Ce sont eux qui trouvent l’issue, pour eux-mêmes et leur entourage. Nous installons donc ici, la phase de prévention par les pairs.

Cette forme permet de montrer et d’aborder des situations réalistes dans un contexte imaginaire. Le but est la prise de conscience collective, l’ouverture au dialogue, la réflexion sur les thématiques des addictions, de la sécurité routière et de la citoyenneté.